La HEP à la 38ème session du Conseil des droits de l’homme (18 juin-6 juillet 2018)

Madeleine Scherb, présidente de Health and Environment Program (HEP) participe aux assises du Conseil des droits de l’homme. Ce dernier se tient du 18 juin au 6 juillet 2018. Plusieurs sessions couvrent ce grand rendez-vous notamment le droit à la santé. Les victimes de violations de droits fondamentaux sont impactées dans leur santé physique et mentale. Il est ainsi important de leur venir en aide. Ceci se fait par la défense de leurs droits en passant par la prévention. Nos objectifs reposent sur les points suivants:

  • Informer le public sur la problématique
  • stimuler la recherche dans ce domaine
  • former les professionnels, les bénévoles et les proches aidants,
  • identifier et mobiliser les ressources
  • soutenir le développement d’actions et de moyens pour prévenir la maltraitance, détecter les situations à risque et traiter les cas de maltraitance avérée.

Comment se sentir victime de la maltraitance? Nous l’avons appris en participant à un événement parallèle le lundi 18 juin à l’ONU, désigné journée mondiale des personnes âgées. La violence envers les personnes âgées constitue une violation des droits de l’homme. Des approches juridiques dans les contextes nationaux ont été présentées par les différents intervenants parmi lesquels Marie Beaulieu, chercheur à l’Université de Sherbrocke au Canada, Bridget Penhale de l’Université de East Anglia du Royaume-Uni, Jorg Rickenmann de la Suisse, entre autres. Les conclusions ont été faites par Son Excellence Tomaz Mencin de la Mission de la République de Slovénie. Cette journée a été riche en enseignements. La stigmatisation et la discrimination à l’égard des personnes âgées est un problème social et de santé publique.

La maltraitance est un ensemble d’actes – comportements et attitudes – commis ou omis, envers une personne au détriment de son intégrité physique ou sexuelle, morale ou psychique, matérielle ou financière.

La maltraitance engendre un tort ou une blessure. Elle constitue une atteinte aux droits fondamentaux et à la dignité de la personne. La maltraitance peut être volontaire ou involontaire.

Toute personne a le droit au respect et à la dignité. Nul ne doit subir des discriminations (voir la Déclaration universelle des droits de l’homme). La formation et la sensibilisation aux droits de tout un chacun est donc nécessaire.

Standing ovation pour Zeid Ra'ad Al-Hussein à la fin de son allocution

Standing ovation pour Zeid Ra’ad Al-Hussein à la fin de son allocution

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *