Créer de la monnaie ex nihilo sans jeu d’écriture est-il du ressort d’une banque centrale? Un regard sur l’initiative monnaie pleine

Une licence bancaire permet de créer l’argent par l’émission de crédits: c’est ce qu’on entend par création monétaire ex nihilo (en partant de rien, du néant). Tout part de l’idée que la banque accorde des prêts (en termes d’argent) à des particuliers et peut même s’approprier des actifs de ces derniers avant que la monnaie n’entre en circulation dans l’économie.

Que veut l’initiative monnaie pleine? C’est le fait que la monnaie scripturale sur les comptes de particulier en banque soit créée exclusivement par la Banque nationale suisse (BNS). En ce moment-là, les banques commerciales ne pourraient plus créer de l’argent en accordant des crédits. Par ailleurs, la BNS devrait mettre en circulation « sans dette » – à savoir sans contrepartie – l’argent nouvellement émis en l’attribuant directement à la Confédération, aux cantons ou à la population. Par ce système dit de monnaie pleine, l’initiative vise à mieux protéger l’argent de la clientèle bancaire et à prévenir les crises financières selon les initiants de monnaie pleine. Rappelons que la crise financière. mondiale de 2008 a été accompagnée du fort endettement et privé de nombreux pays, d’où le fondement même de cette initiative.

Or, en théorie économique, la base de tout raisonnement repose sur la loi des débouchés de Jean-Baptiste Say (1767-1832) à savoir l’offre crée sa propre demande. Ce qui signifie que la vente d’un produit permet de faire une offre pour un autre produit, d’un prix équivalent, ce qui est évidemment incontestable.Prenons par exemple quelqu’un qui veut acheter une maison et qui a une assurance et n’a pas les moyens de s’en procurer. Il demandera à sa banque de lui accorder un prêt qu’il pourra rembourser ou pas.
Quid des dépôts bancaires?

La. monnaie scripturale constitue les dépôts bancaires dans les comptes courants. La possession de monnaie par un titulaire de compte est matérialisée par une écriture comptable. Ces écritures longtemps tenues dans des registres sont maintenant gérées par informatique. Ils forment l’essentiel de la masse monétaire, très loin devant les billets et les pièces (environ 90 % de la masse monétaire).

La monnaie scripturale est créée par les banques commerciales (« les crédits font les dépôts ») ; contrairement aux pièces et billets créés par la banque centrale. Cette monnaie scripturale circule entre les agents économiques sous forme de virement d’un compte à un autre grâce à des moyens de paiement, à l’instar des cartes de paiement, les virements ou les chèques.

La notion d’État et nation est née au XIXe siècle lorsqu’ apparaît le principe des nationalités. Ce principe signifie qu’à chaque nation doit correspondre un État.
On parle de dépôt, mais, dans la pratique, l’argent déposé peut être prêté par la banque sans l’avis du déposant. En cas de faillite les dépôts sont perdus, sous réserve e la garantie donnée par les états.

Le Oui à l’initiative Monnaie Pleine veut dire qu’aujourd’hui 90% de notre argent est créé par les banques privées et que l’émission monétaire se ferait uniquement par la Banque nationale. Certains pensent que les avoirs en banques ne sont que des promesses que les banques ne tiendront pas en cas de crise bancaire et souhaitent ainsi avoir de l’argent sûr. Sur ce, ils prônent une monnaie pleine et souhaitent que la Banque nationale couvre tous les aspeçts de la politique monétaire, mais est-ce vraiment possible?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *